Appel à contribution – colloque international de l’AFEC 2018 (date limite 31/10/2017)

COLLOQUE INTERNATIONAL / CONGRÈS DE L’ASSOCIATION FRANÇAISE D’ÉTUDES CANADIENNES

Université d’Avignon, 13-15 juin 2018

Les migrations au départ du et vers le Canada :

dynamiques spatiales et identitaires entre continuité et rupture

Les mouvements de population constituent un aspect essentiel de l’histoire de l’Amérique du Nord et du Canada en particulier. Selon l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), les personnes nées à l’étranger représentent aujourd’hui environ 20 % de la population canadienne. Les migrations internationales (au départ du et vers le Canada) et interprovinciales témoignent d’une dynamique spatiale qui a profondément marqué et qui continue à façonner l’image de ce pays. Qu’ils soient saisonniers, temporaires ou permanents, imposés ou choisis, anciens ou récents, les mouvements migratoires suscitent l’intérêt des chercheurs en sciences humaines et sociales, ce dont témoignent les nombreuses études parues ou en cours qui abordent ce phénonème sous un angle historique, géographique, politique, économique, social, littéraire ou linguistique.

Ce colloque propose d’orienter les réflexions sur les formes de continuité et de rupture induites par les mouvements migratoires autour de quatre axes complémentaires.

1) Expérience migratoire et création artistique

Alors que les migrations constituent un champ d’investigation très riche, on constate que peu de chercheurs se sont intéressés jusqu’à présent aux représentations de l’expérience migratoire à travers l’expression artistique. En effet, le cinéma, le théâtre, la littérature, la musique et la peinture représentent des entrées privilégiées pour étudier l’impact culturel des dynamiques migratoires. Ce colloque encouragera la réflexion sur la façon dont l’expérience migratoire est exposée et analysée dans différentes formes d’expression artistique. Nous tenterons également d’éclaircir les répercussions de la mobilité des individus dans le contexte de la mondialisation sur la remise en question des codes esthétiques. L’expérience des dé- et enracinements successifs et du cosmopolitisme donne-t-elle lieu à des esthétiques spécifiques, provoquant une rupture avec des traditions de création artistique ?

2) Les migrations comme moteur de la restructuration/transformation sociale, économique et politique

Les migrations ont toujours joué un rôle important dans le développement économique, politique et social des sociétés d’arrivée. Qu’il s’agisse des migrations permanentes ou des déplacements saisonniers associés aux activités commerciales, les mouvements de population représentent un enjeu économique et politique considérable. Les politiques d’immigration des années 1960 incarnent une transition historique entre ce que l’on peut appeler une conception à court terme et à long terme de l’immigration. À cette époque, les lois successives en matière d’immigration et de gestion des flux migratoires ont ouvert la voie à d’importants changements, en éliminant l’origine nationale comme critère d’entrée et en facilitant le regroupement familial. Enfin, en juin 2002, l’adoption de la Loi sur l’immigration et la protection des réfugiés a constitué un nouveau chapitre dans l’histoire de l’immigration au Canada. Cette loi vient restreindre l’admission de certaines catégories d’immigrants et modifie les exigences liées à l’emploi et aux qualifications dans un marché du travail en constante évolution. On pourra alors s’interroger sur l’impact de l’évolution des lois canadiennes en matière d’immigration sur la vie économique et culturelle, sur les politiques linguistiques et éducatives, ainsi que sur la place du Canada dans le monde.

3) Migrations et reconfigurations de l’espace

La dimension spatiale est au cœur de la définition des lieux de réalisation de la migration et de ses flux attenants. Elle permet ainsi d’observer la nature et la diversité des formes de migration. Il est admis que les programmes d’immigration n’ont pas eu le même impact dans toutes les provinces. À l’heure actuelle, l’immigration se répartit en grande majorité (94,8 %) dans les régions métropolitaines de quatre provinces : l’Ontario, la Colombie-Britannique, le Québec et l’Alberta. À ce propos, il serait intéressant de réfléchir aux répercussions des mouvements de populations sur la reconfiguration de l’espace urbain, notamment celui des métropoles comme Montréal, Toronto et Vancouver. On peut s’interroger également sur les conséquences des vagues migratoires sur l’appropriation progressive de l’espace, d’un côté dans les mouvements de la campagne à la ville, de l’autre dans les migrations rurales.

4) Dynamiques identitaires en contexte (post)migratoire

La globalisation et l’émergence d’espaces transnationaux contribuent, à l’heure actuelle, à la complexification progressive de l’expérience migratoire. Sur le plan identitaire, elle se manifeste dans la construction d’identités plurielles, hybrides. Afin de mieux comprendre les comportements migratoires et leur impact sur la (re)construction identitaire des individus, l’étude d’« ego-documents » (correspondances, mémoires autobiographiques, témoignages oraux, journaux intimes) permet de jeter un éclairage unique sur les relations interpersonnelles et les préoccupations des migrants ainsi que sur les expériences positives ou négatives liées à la vie en exil. Ces documents constituent un matériau particulièrement riche qui peut nous renseigner sur les motivations profondes, le rôle central que joue la famille dans le processus des migrations en chaîne, les phénomènes d’acculturation et d’assimilation (linguistique) ainsi que les représentations de la société d’arrivée. Nous nous intéresserons également aux (dis-)continuités culturelles et relationnelles avec l’espace social prémigatoire dans les diasporas et la restructuration des réseaux familiaux, religieux et intellectuels des migrants.

Références :

Chartier, Daniel (2002), « Les origines de l’écriture migrante. L’immigration littéraire au Québec au cours des deux derniers siècles », Voix et Images 272 : 303–316.

Frenette, Yves (2015), « Migrating in, Migrating out, Migrating within Canada : une approche microhistorique », in : Katja Sarkowski, Rainer-Olaf Schultze et Sabine Schwarze (dir.), Migration, Regionalization,  Citizenship: Comparing Canada and Europe. Wiesbaden : Springer, pp. 15–26.

Frenette, Yves, Martel, Marcel et Willis, John (dir.) (2006), Envoyer et recevoir. Lettres et correspondances dans les diasporas francophones. Québec : Presses de l’Université Laval.

Helly, Denise (1996), « Les politiques d’immigration au Canada de 1867 à nos jours », Hommes et migrations 1200 : 6–14.

Iacovetta, Franca, Draper, Paula et Ventresca, Robert (dir.) (1998), A Nation of Immigrants. Women, Workers and Communities in Canadian History, 1840s-1960s. Toronto : University of Toronto Press.

Linteau, Paul-André (2000), « Les migrants américains et franco-américains au Québec, 1791-1940 », Revue d’histoire de l’Amérique française 53(4) : 561–602.

Linteau, Paul-André, Frenette, Yves et Le Jeune, Françoise (2016), Transposer la France : L’immigration française au Canada (1870-1914). Montréal : Boréal.

Parant, Marc (2001), « Les politiques d’immigration au Canada : stratégies, enjeux et perspectives », Les études du CERI 80 : 1–36.

Pellerin, Hélène (2011), « De la migration à la mobilité : changement de paradigme dans la gestion migratoire. Le cas du Canada », Revue Européenne des Migrations Internationales 27 (2) : 57–75.

Poton, Didier, Symington, Micéala et Vidal, Laurent (2012), La migration européenne aux Amériques : Pour un dialogue entre histoire et littérature. Rennes : Presses universitaires de Rennes.

Roby, Yves (1987), « Les Canadiens français des États-Unis (1860-1900) : dévoyés ou missionnaires », Revue d’histoire de l’Amérique française 41(1) : 3–22.

Les propositions pourront être soumises de manière individuelle ou en panel (groupe de 4 propositions sur une thématique commune), en anglais ou en français.

Date limite de remise des propositions de communication (400 mots maximum) + brève notice biographique (100 mots maximum), de préférence au format Word : 31 octobre 2017.

Retour du comité scientifique : 30 novembre 2017.

Une sélection des articles issus du colloque sera publiée dans la revue Études Canadiennes / Canadian Studies.

CONTACT : Anika FALKERT, Maître de conférences en sciences du langage, Université d’Avignon (anika.falkert@univ-avignon.fr).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *