Appel à communication – CRIDAQ/Montréal : « Le Québec et ses autrui significatifs » (date limite : 01/10/2017)

Afin de donner voix aux nombreux chercheurs d’ici et d’ailleurs qui étudient le Québec avec un volet comparé ou qui voient le Québec d’ailleurs, de faire mieux connaître leurs travaux, de stimuler les échanges, de favoriser les coopérations, de soulever les défis et enjeux actuels et à venir, le Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité et la démocratie (CRIDAQ) organise, les 24 et 25 mai 2018 à Montréal, un colloque international et interdisciplinaire, avec l’appui de l’Association internationale des études québécoises (AIEQ). (…)

Nous invitons les chercheurs québécois, canadiens et internationaux intéressés par l’étude des autrui significatifs du Québec à nous soumettre une proposition de communication en français, comprenant un titre, un résumé de 200 à 300 mots ainsi qu’une brève notice biographique (incluant l’affiliation institutionnelle, le domaine de recherche, les principales publications et les coordonnées), le tout tenant sur une page. Les propositions doivent être soumises par courriel (en fichier joint Word) à laniel.jean-francois@courrier.uqam.ca, d’ici le 1er octobre 2017.

Pour plus d’informations : http://www.cridaq.uqam.ca/appel-a-communication-le-quebec-et-ses-autrui-significatis/

14-16/09/2017 – colloque du Center for Research on Religion de l’Université McGill

Le Centre de recherche sur la religion (CREOR) de McGill invite les étudiant-e-s des cycles supérieurs et les jeunes chercheur-e-s à participer à son colloque annuel, portant sur le thème de la diversité religieuse dans une époque séculière. Déjà dix ans nous séparent de la parution de L’Âge séculier de Charles Taylor et du début de la Commission Bouchard-Taylor sur les pratiques d’accommodement reliés aux différences culturelles. Depuis lors, force est de reconnaître que le thème de la diversité religieuse a suscité maintes discordes dans le discours public au Québec comme au Canada. Certains craignent que ces débats publics, qui se voulaient au départ un exercice pacifique de démocratie citoyenne, aient dégénérés, conduisant parfois même jusqu’à des actes de violences, tel qu’en témoigne l’attentat ayant eu lieu à la mosquée de la Ville de Québec en janvier 2017. De telles craintes ne sont pas exclusives à la province québécoise : en effet, de plus en plus d’attention est portée dans les discours politiques publics sur les problématiques qu’engendrent le fait pluraliste à travers le monde entier. Le sécularisme/la laïcité se posent dès lors comme la « solution » permettant de répondre aux défis auxquels les États multiculturels sont confrontés dans leur quête de cohésion sociale. Une telle identification du sécularisme comme « solution » au pluralisme place ultimement la religion dans la catégorie de « problème ». Cependant, il existe d’autres façons de penser à la diversité religieuse – comme celles proposées par Charles Taylor – où la diversité constitue plutôt une « solution » aux problèmes qui émergent au sein des sociétés multiculturelles. Le présent colloque vise à questionner la façon dont les catégories de « solution » et de « problème » eu égard à la diversité religieuse sont construites, définies et utilisées par les universitaires, les politiciens et les communautés religieuses ; et également, à retracer la façon dont ces catégories se sont transformées au fil du temps.

Pour plus d’informations…

Image : A southeast view of the Arts Building of McGill University, Montréal by