Appel à articles – Revue Études canadiennes / Canadian Studies (date limite : 01/06/2018)

Appel à articles – Le Canada, refuge américain

Études Canadiennes / Canadian Studies N°85, décembre 2018

http://journals.openedition.org/eccs/

Dans le contexte du succès de la série TV La Servante Écarlate, adaptée du roman de Margaret Atwood, ce numéro thématique de la revue Études Canadiennes / Canadian Studies explorera la façon dont le Canada peut être perçu comme un refuge par rapport aux États-Unis, voire comme le véritable aboutissement du rêve américain. Ce numéro pourra accueillir des articles historiques (underground railway, draft dodgers), politiques (le Canada comme contre-exemple de l’Amérique de Donald Trump dans son rapport à la démocratie, à l’immigration), littéraires et artistiques (quel refuge, si refuge il y a, les œuvres artistiques dystopiques canadiennes comme celles de Catherine Mavrikakis, François Blais, Yen Chen ou d’autres auteurs, proposent-elles ?)

Les propositions d’articles (250 à 300 mots) contenant un titre et un résumé décrivant l’objectif de l’article, et incluant une courte biographie (100 mots maximum) peuvent être envoyées à l’adresse suivante :

revueetudescanadiennes@gmail.com

avec copie à : laurence.cros@univ-paris-diderot.fr

La date limite pour la réception des propositions est le 1er juin 2018. Le comité de rédaction confirmera rapidement leur pré-selection aux auteurs. Les articles complets (d’environ 8000 mots) devront être envoyés pour le 1er septembre 2018. Ils seront soumis à la lecture de deux experts. Les textes retenus paraîtront en version papier dans le N° 85 (décembre 2018), puis un an plus tard en ligne sur http://journals.openedition.org/eccs/

—————————————————————————–

Call for papers – Canada, a refuge from the United States?

Études Canadiennes / Canadian Studies N°85, décembre 2018

http://journals.openedition.org/eccs/

Following the great success of the TV series The Handmaid Tale’s, adapted from Margaret Atwood’s novel, this issue of Études Canadiennes / Canadian Studies will explore the way Canada may be perceived as a refuge from the United States, and maybe even as the true embodiment of the American Dream. This issue will welcome papers in the fields of history (for example, on the underground railway or the draft dodgers), of political science (for example, on Justin Trudeau’s Canada as the refuge of American democracy and diversity face to Donald Trump’s United States), of literature and the arts (what type of refuge, if any, do the dystopian works of artists such as Catherine Mavrikakis, François Blais, Yen Chen and others offer?)

The editors would like to receive proposals (250 to 300 words) which provide a working title and a brief overview of the article’s aims, along with a short biographical note (100 words), to be sent to : revueetudescanadiennes@gmail.com

cc to: laurence.cros@univ-paris-diderot.fr

Deadline for submitting a proposal is June 1st, 2018. Selected proposals will receive a go-ahead shortly afterwards. Full articles (about 8000 words) will need to be submitted by September 1st, 2018. After a double peer-review process, selected articles will be published in a printed form in the December 2018 paper issue of the journal, followed by an online publication one year later on http://journals.openedition.org/eccs/

13-15/06/2018 – Colloque AFEC : « Les migrations au départ du et vers le Canada »

L’AFEC annonce son prochain colloque annuel qui se tiendra à Avignon du 13 au 15 juin prochain ! Le thème retenu cette année propose (encore une fois) une réflexion bienvenue qui ne manquera pas de faire échos à l’actualité. C’est aussi l’occasion de rencontrer des chercheurs sur le Canada venus de toute la France (et d’au-delà). À ne pas rater !

Vous trouverez toutes les informations concernant les infos pratiques, le programme du colloque ainsi que les possibilités d’hébergement ici.

Les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 31 mars 2018.

Les mouvements de population constituent un aspect essentiel de l’histoire de l’Amérique du Nord et du Canada en particulier. Selon l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), les personnes nées à l’étranger représentent aujourd’hui environ 20 % de la population canadienne. Les migrations internationales (au départ du et vers le Canada) et interprovinciales témoignent d’une dynamique spatiale qui a profondément marqué et qui continue à façonner l’image de ce pays. Qu’ils soient saisonniers, temporaires ou permanents, imposés ou choisis, anciens ou récents, les mouvements migratoires suscitent l’intérêt des chercheurs en sciences humaines et sociales, ce dont témoignent les nombreuses études parues ou en cours qui abordent ce phénomène sous un angle historique, géographique, politique, économique, social, littéraire ou linguistique. Ce colloque propose d’orienter les réflexions sur les formes de continuité et de rupture induites par les mouvements migratoires autour de quatre axes complémentaires: 1) Expérience migratoire et création artistique, 2) Les migrations comme moteur de la restructuration/transformation sociale, économique et politique, 3) Migrations et reconfigurations de l’espace et 4) Dynamiques identitaires en contexte (post)migratoire.

14-16/09/2017 – colloque du Center for Research on Religion de l’Université McGill

Le Centre de recherche sur la religion (CREOR) de McGill invite les étudiant-e-s des cycles supérieurs et les jeunes chercheur-e-s à participer à son colloque annuel, portant sur le thème de la diversité religieuse dans une époque séculière. Déjà dix ans nous séparent de la parution de L’Âge séculier de Charles Taylor et du début de la Commission Bouchard-Taylor sur les pratiques d’accommodement reliés aux différences culturelles. Depuis lors, force est de reconnaître que le thème de la diversité religieuse a suscité maintes discordes dans le discours public au Québec comme au Canada. Certains craignent que ces débats publics, qui se voulaient au départ un exercice pacifique de démocratie citoyenne, aient dégénérés, conduisant parfois même jusqu’à des actes de violences, tel qu’en témoigne l’attentat ayant eu lieu à la mosquée de la Ville de Québec en janvier 2017. De telles craintes ne sont pas exclusives à la province québécoise : en effet, de plus en plus d’attention est portée dans les discours politiques publics sur les problématiques qu’engendrent le fait pluraliste à travers le monde entier. Le sécularisme/la laïcité se posent dès lors comme la « solution » permettant de répondre aux défis auxquels les États multiculturels sont confrontés dans leur quête de cohésion sociale. Une telle identification du sécularisme comme « solution » au pluralisme place ultimement la religion dans la catégorie de « problème ». Cependant, il existe d’autres façons de penser à la diversité religieuse – comme celles proposées par Charles Taylor – où la diversité constitue plutôt une « solution » aux problèmes qui émergent au sein des sociétés multiculturelles. Le présent colloque vise à questionner la façon dont les catégories de « solution » et de « problème » eu égard à la diversité religieuse sont construites, définies et utilisées par les universitaires, les politiciens et les communautés religieuses ; et également, à retracer la façon dont ces catégories se sont transformées au fil du temps.

Pour plus d’informations…

Image : A southeast view of the Arts Building of McGill University, Montréal by

22/09/2017 – colloque Belgique/Canada à Bruxelles

Des sociétés inclusives? Le Canada et la Belgique au XXIe siècle

Bien qu’il existe des différences évidentes entre la Belgique et le Canada, les deux pays partagent une série de caractéristiques et de défis communs. Ce sont notamment deux pays bilingues ayant une longue tradition de gestion des conflits entre groupes linguistiques, mais aussi d’autres clivages (confessionnels, socioéconomiques, culturels). Malgré diverses périodes de crise et de tensions, ces conflits ont été gérés par une série d’arrangements institutionnels qui ont permis le développement de deux fédérations d’une grande stabilité.

Cette question de la gestion de la diversité s’est imposée ces dernières années, comme une priorité sur l’agenda politique tant en Belgique qu’au Canada à travers notamment les problématiques migratoires et liées à la gestion de la diversité culturelle et ethnique. Cette situation est bien connue dans la plupart des démocraties consolidées, mais des pays comme le Canada et la Belgique qui ont une longue histoire dans ce domaine sont particulièrement intéressants à étudier. Une approche comparative permet donc d’examiner si une expérience historique et institutionnelle de la gestion politique de la diversité est ou non un avantage pour faire face aux nouveaux défis des sociétés inclusives du 21ème siècle.

La conférence tentera de répondre à cette question à un moment bien particulier, celui du 150ème anniversaire de la Confédération canadienne (1867). Une série de chercheurs canadiens et belges venant de plusieurs disciplines (science politique, histoire, droit, sociologie) aborderont le plus souvent en duo (Canada-Belgique) les diverses facettes de cette problématique.

Pour plus d’informations…

Colloque international / Congrès AFEC 2016: Identité(s) canadiennes et changement global

Le colloque international / congrès annuel de l’Association Française d’Études Canadiennes aura lieu du 8 au 10 juin 2016 à Grenoble. Ce colloque sera l’occasion de célébrer les 40 ans de l’AFEC et d’amorcer un questionnement interdisciplinaire sur la manière dont le Canada se définit ou se redéfinit dans un contexte de changement global, et en particulier par rapport aux représentations antérieures de son/ses identité(s).

http://afec2016.sciencesconf.org/